Culture

Eveillons
notre regard...

Apprentissage

Apprenons à lire
une oeuvre d'art...

Visite

Entrons
dans les ateliers...

Culture

Devenons
acteur de notre
propre culture...

Art

Mettons un peu d'art
dans la vie et
de vie dans l'art !

De l'art à l'oeuvre

Qui sommes-nous ?

L'Association

L’Art à l’Œuvre est une association culturelle basée à Riedisheim près de Mulhouse (Haut Rhin). Elle propose des cours d’histoire de l’art, des sorties culturelles dans les musées, des conférences, des ateliers de peinture. Les cours ont lieu en présentiel dans les locaux de l’association et en visio-conférence en direct ou en différé.

Lire la suite

Être membre de l'Art à l'Oeuvre

Au début, on vient assister à une conférence ou une sortie culturelle au musée, puis, on a envie d’en savoir plus, de suivre des cours d’histoire de l’art à l’année, pour apprendre à lire une œuvre d’art, comprendre l’histoire, connaître les périodes artistiques, repérer les styles d’architecture. Petit à petit, ensemble, on devient acteur de sa propre culture.

Lire la suite

Catherine Koenig

Directrice de l’association de l’art à l’œuvre, Catherine Koenig est médiatrice culturelle et directrice de l’association. Elle propose différentes activités culturelles en histoire de l’art, des conférences, des cours d’histoire de l’art sous différentes formes, en cycles courts, sur la journée ou sur toute l’année.

Lire la suite

PROGRAMME

SAISON 2021/22

De l'Art à l'Oeuvre

ET SI ON METTAIT UN PEU D’ART DANS SA VIE ?

Éveillons notre regard

Et pourquoi donc éveiller notre regard ?
Et pourquoi donc éveiller notre regard ? L’image ne se voit-elle pas en un regard ? Il suffit de jeter un œil et l’on voit ce que l’on voit. C’est infaillible. Vraiment ? Est-ce si simple ? Regarde-t-on tout ce que l’œil perçoit ? C’est pourtant facile de regarder. Et pourtant… L’œil humain voit-il toujours le monde de la même manière ? Peut-être que nos ancêtres ne voyaient pas les choses d’un même œil ? Comment savoir ? Peut-on saisir le fil du temps passé, ressentir les émotions oubliées, comprendre les mentalités des temps anciens ? Pourquoi ne peint-on pas de paysage au Xe siècle, alors que la nature était si belle, sans villes modernes, sans pollution, sans autoroutes... Nos ancêtres ne voyaient-ils pas ces paysages ? Pourquoi au XVe siècle, se met-on à peindre des portraits de plus en plus ressemblants, qu’ils donnent l’impression de voir la personne en face de nous ? Avait-on si peur de mourir qu’on voulait laisser une trace de soi sur terre ? Pourquoi a-t-on inventé la perspective qui permet de donner l’impression que le tableau est en trois dimensions, hauteur, largeur, profondeur ? Si profond que parfois, on a l’impression d’ouvrir une fenêtre sur le monde. Pourquoi y a-t-il tellement de peintres paysagistes au XIXe et si peu au XXe siècle et, alors que l’on ne parle que de protection de la nature ? Seules les questions que l’on se pose pour essayer de comprendre le monde sont permanentes et traversent toute l’histoire de l’humanité, les réponses que l’on apporte sont relatives et naissent toutes dans un contexte particulier. Et si les œuvres d’art nous permettaient de voyager dans le temps, de traverser les siècles et d’interroger notre conception du monde ? Et si l’on apprenait la relativité des certitudes ?

Apprenons à lire une œuvre d’art

Apprendre à lire une œuvre d’art ? Pourquoi faire ? Une œuvre d’art, on la regarde, on la photographie, et zou, on passe à autre chose… De toute façon, ça ne bouge pas une image. Ne dit-on pas, sage comme une image ?

Un tableau est toujours le même, il ne change pas, on peut revenir dix ans après, rien n’aura bougé. C’est vrai ça. La Joconde, elle ne changera pas de regard, ni de sourire et elle aura toujours cet air bizarre. Impossible de savoir à quoi elle pense, d’ailleurs. Mais suis-je bête, c’est de la peinture à l’huile, pas une personne qui est devant moi… Un bout de bois, ça ne pense pas.

Pourtant, non, ce n’est pas qu’un bout de bois peint à l’huile. La Joconde, ce n’est pas un volet peint. Il y a autre chose. Mais quoi ? Qu’est-ce qu’il a de plus que les autres, ce tableau ? En plus, elle n’est même pas belle, Mona Lisa. Qu’est-ce qu’on lui trouve ? Et ce sourire. Pourquoi sourit-elle comme ça ? Pour qui sourit-elle ? Pour le peintre ? Pour elle-même ? Pour ses enfants ? Mais elle n’a rien dans les mains, ni livre, ni doudou, ni miroir, ni éventail, ni téléphone portable… Elle est assise comme ça sans rien faire. Elle a dû trouver le temps long à poser pendant des heures. Moi, je ne sais pas, mais ça m’aurait vite ennuyée horriblement d’être immobile de trois-quarts comme ça pendant des mois devant ce peintre qui n’avançait pas vite.

Et pourquoi y a-t-il des montagnes enneigées derrière elle, il n’y a pourtant pas de montagne à Florence et un fleuve avec un pont à sa gauche, un grand chemin de terre à sa droite qui ne sont traversés par personne. Quel est le rapport avec cette femme ? Mais que veut donc dire Léonard de Vinci dans ce tableau si mystérieux ? Comment apprendre à lire une œuvre d’art ?

Entrons dans les ateliers

Que se passe-t-il dans l’atelier d’un artiste ? Et dans sa tête ? Est-ce qu’un ou une artiste réfléchit à tout, sait ce qu’il fait du début à la fin ? Ou bien, est-ce qu’il faut s’oublier, se laisser porter par l’inspiration, jusqu’à traverser la frontière de la folie pour créer ? Doit-on apprendre le métier de peintre pendant des années, recopier les grands maîtres, connaître les modèles et se glisser dans la tradition ? Doit-on au contraire être en rupture avec ses maîtres, briser les chaînes de la tradition, inventer un nouveau langage plastique, se projeter dans son œuvre, devenir un artiste majeur qui transforme le regard, rend plus sensible la beauté du monde, la force des éléments ? Doit-on oser franchir les frontières intérieures, explorer le monde de la folie et du génie, ouvrir son inconscient créateur, traverser les limites, créer un art transgressif, subversif, révolutionnaire ?

Pendant des siècles, les peintres travaillaient principalement dans des ateliers avec de nombreux collaborateurs sur commandes des mécènes aristocratiques ou ecclésiastiques. D’une œuvre à l’autre, se retrouvaient les citations, les références savantes, la culture de leur temps. L’artiste est une conception nouvelle apparu après la Révolution française. Il ou elle crée des œuvres originales, nouvelles, en rupture quelquefois avec la tradition des anciens. L’artiste invente une nouvelle manière de voir le monde, fondatrice des ruptures des avant-gardes. Du peintre à l’artiste, quels ont été les passages qui ont mené le peintre d’atelier à devenir un ou une artiste d’avant-garde ?

Devenons acteur de notre propre culture

L’art ne reproduit pas le visible ; il rend visible.
Au commencement il y a bien l’Acte.

Mais au-dessus il y a l’Idée. Tout devenir repose sur le mouvement.
Un tableau naît-il jamais d’une seule fois ? Non pas ! Il se monte pièce par pièce, point autrement qu’une maison.

Paul Klee. Senecio (Bientôt vieillard) Kunstmuseum de Bâle, Sammlung Online, consulté le 06.09.2021.

"Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense."

Pablo Picasso